Oportunidades de la Economía Azul en Murcia: el cuarto roadshow WestMED España

El pasado 30 de Enero de 2020, se celebró en Cartagena el evento ‘Oportunidades de la Economía Azul en la Región de Murcia’, cuarto roadshow que el Mecanismo de Asistencia de la Iniciativa WestMED ha organizado en España a través de su brazo ejecutor en el país y en colaboración con GALPEMUR, el Ayuntamiento de Cartagena y la Consejería de Agua, Agricultura, Ganadería, Pesca y Medio Ambiente del Gobierno de la Región de Murcia.

La reunión congregó a un total de 25 personas, representantes de universidades, empresas e instituciones (ver listado de asistentes) dedicadas a los sectores de la acuicultura, transporte marítimo, turismo, pesca, pesca recreativa, energías renovables, biotecnología, conservación y restauración marina, puertos deportivos, basura marina y náutica.

El evento se engloba dentro de los roadshows, reuniones a nivel autonómico y de carácter técnico, que a lo largo del 2019 y comienzos del 2020 se están organizando por parte del Mecanismo de Asistencia de la Iniciativa WestMED en Andalucía, Cataluña, Valencia, Murcia y Baleares.

Los principales objetivos del evento de Cartagena han sido los siguientes:

  • Dar a conocer la Iniciativa WestMED y su Mecanismo de Asistencia;
  • Interactuar con los agentes más relevantes de la Región de Murcia en materia de Economía Azúl;
  • Conocer ejemplos de proyectos de Economía Azul ya en marcha en la Región de Murcia;
  • Recopilar las principales ideas de proyecto y las prioridades de los agentes con potencial para llevar a cabo acciones en línea con la Iniciativa WestMED.

El evento se dividió en tres bloques principales (ver agenda):

  1. Apertura: Con representantes de las administraciones locales / regionales.
  2. Presentación de la Iniciativa WestMED y oportunidades existentes en la Economía Azul a nivel de Mediterráneo y de la Región de Murcia
  3. Grupo de Trabajo para fomentar la aparición de ideas de proyectos de cara a futuro y la colaboración entre instituciones regionales.

Durante esta última parte, los representantes de cada entidad mantuvieron un interesante intercambio de ideas basado en las siguientes preguntas:

  • Experiencias de su institución/organismo/empresa en Economía Azul en el pasado y presente.
  • Experiencias que se desean elaborar/abordar/impulsar desde su institución/organismo/empresa para un futuro.
  • Necesidades de asistencia (financiación, búsqueda de socios, etc.) de su institución/organismo/empresa en temas deseados alrededor de la Economía Azul.

El acto dio comienzo con la intervención del Director General de Unión Europea del Gobierno de la Región de Murcia, el Sr. D. Juan José Martínez Lozano, quien destacó la importancia de la Economía Azul en la Región de Murcia como “palanca de desarrollo local y regional” y destacó varios sectores activos en la Región de Murcia como son la acuicultura, la biotecnología, el control y monitoreo medioambiental, la pesca y los grupos de acción local, las grandes infraestructuras y universidades, etc. Así mismo, se quiso destacar las oportunidades que tiene la región en materia del desarrollo de la economía azul debido a su situación geográfica estratégica y a una mayor y creciente importancia en materia de cooperación entre ambas cuencas del Mediterráneo Occidental. El Sr. Martínez Lozano animó a los asistentes a aprovechar las numerosas oportunidades de financiación europea y a diseñar proyectos, alineados con la iniciativa WestMED, para el desarrollo de la Economía Azul en la Región de Murcia desde un enfoque participativo y “bottom-up”, con la implicación del mayor número de agentes y actores.

El documento “Resumen Grupo de Trabajo “Oportunidades de la Economía Azul en la Región de Murcia” recoge las principales ideas de proyectos o líneas de trabajo de los asistentes al evento.

Cogestion des pêcheries côtières et valorisation des produits halieutiques en Tunisie

Le hub national Tunisie a assisté le 30 janvier 2020 à un atelier sur la cogestion des pêcheries côtières et valorisation des produits halieutiques. Cet atelier est organisé par la Direction Générale de la Pêche et de l’Aquaculture et  l’Agence Internationale de Coopération Japonaise.

La Tunisie a sollicité la coopération japonaise pour le lancement en 2012 d’un projet projet de cogestion des pêcheries côtières dans le golfe de Gabes afin de sauvegarder ses ressources halieutiques qui ont connu une nette dégradation en particulier au cours de ces dernières années suite à l’effort de pêche, l’intensification des activités de pêche illégale ou encore la dégradation de l’environnement marin.

Les objectifs de ce projet sont le renforcement des capacités des acteurs à mettre en oeuvre la cogestion des pêcheries, la formulation d’un plan de gestion des pêcheries côtières sur la base des résultats des études d’état des lieux et la confirmation de la validité de ce plan à travers la mise en pratique de projets pilotes dans les régions cibles.

Ce projet a pu implanter en grande partie le concept de l’approche participative dans le domaine de la gestion des pêcheries côtières dans trois sites connus par l’existence d’une organisation professionnelle efficiente. Ces sites ont mis en place des plans de gestion centrés sur sur différentes activités telles que par exemple l’immersion de récifs artificiels, des essais d’emploi des nasses en remplacement aux filets maillant ou encore l’initiation à la notion de « rotation des pêcheries ».

Des chartes ont été élaborées pour le respect, l’application et la surveillance des mesures prévues par le plan.

Ce projet s’est fixé aussi des objectifs relatifs au renforcement, au moyen de sessions de formations, des  capacités techniques des organismes gouvernementaux et des organisations professionnelles, au renforcement des connaissances sur la cogestion et aménagement des pêcheries et à la valorisation des produits de la pêche et la préservation du milieu marin.

Ont participé à ce séminaire des décideurs gouvernementaux , des dirigeants et cadres supérieurs nationaux et régionaux, des ONG et des cadres des instituts et des académies de recherche et de  formation ainsi que des représentants des institutions du secteur de la pêche et de l’aquaculture en Algérie.

Le Hub National Tunisie a présenté durant cet atelier le projet WestMed, ses objectifs et son état d’avancement et a insisté sur le rôle d’une pêche et d’une aquaculture durable.

Convention de Barcelone – COP 21

Source: Plan Bleu. Article initialement publié ici.

 

La 21e réunion des Parties contractantes à la Convention pour la protection du milieu marin et du littoral de la Méditerranée (Convention de Barcelone) et à ses protocoles s’est tenue du 2 au 5 décembre 2019 à Naples, en Italie.

Les ministres représentant les 22 Parties contractantes à la Convention de Barcelone et à ses protocoles, la directrice exécutive du PNUE, Mme Inger Andersen, des représentants des parties prenantes et des invités de marque ont assisté à la réunion ministérielle du 4 décembre 2019. Une table ronde de haut niveau a eu lieu à l’ouverture du segment ministériel. La réunion de haut niveau a notamment adopté la déclaration ministérielle de Naples, réitérant leur engagement pour la santé de la Méditerranée et leur ferme soutien politique au mandat PNUE / PAM.

La session interactive d’examen de la politique ministérielle a servi de guide stratégique pour la préparation de la prochaine stratégie à moyen terme PNUE / PAM, compte tenu du contexte mondial. Les discussions ont porté notamment sur des questions relatives aux déchets marins, aux aires marines protégées et à la biodiversité, au changements climatiques et à l’économie bleue (en mettant l’accent sur la gestion intégrée des zones côtières / la planification spatiale marine et le tourisme durable).

La COP 21 a examiné pour adoption un certain nombre de projets de décisions relatifs à la gouvernance du système PNUE / PAM-Convention de Barcelone ainsi qu’aux questions thématiques. En outre, la COP 21 a discuté et adopté le programme de travail et le budget du PNUE / PAM pour 2020-2021.

Un certain nombre de projets de décision importants ont également concernés des thèmes opérationnels liés à la protection du milieu marin et de la région côtière de la Méditerranée :

  • une feuille de route pour une éventuelle désignation de la zone de la mer Méditerranée en tant que zone de contrôle des émissions d’oxydes de soufre ;
  • six plans régionaux visant à réduire ou à prévenir la pollution marine d’origine tellurique ;
  • de nouvelles normes et directives visant à lutter contre la pollution dans le cadre de trois protocoles de la Convention de Barcelone concernant les immersions, les sources offshore et les sources terrestres ;
  • des lignes directrices sur les activités «Adopt-a-Beach» visant à réduire les déchets marins et à éliminer progressivement les sacs en plastique à usage unique ;
  • des normes et directives communes relatives aux activités offshore ;
  • un cadre régional commun pour la gestion intégrée des zones côtières (GIZC) conformément au protocole GIZC de la Convention de Barcelone ;
  • l’identification et la conservation des sites d’intérêt écologique particulier en Méditerranée, y compris les airess spécialement protégées d’importance méditerranéenne ;
  • le programme d’action stratégique pour la conservation de la diversité biologique (PAS BIO) dans la région méditerranéenne ; la stratégie sur le phoque moine ; les Plans d’action concernant les tortues marines, les poissons cartilagineux et la végétation marine ; et la classification des types d’habitats marins benthiques pour la région méditerranéenne et la liste de référence des types d’habitats marins et côtiers en Méditerranée ;
  • les directives actualisées régissant la mise en place de récifs artificiels en mer ;
  • un ensemble de mesures régionales visant à soutenir le développement d’entreprises vertes et circulaires et à stimuler la demande de produits durables.

L’article entier et les vidéos sont disponibles ici.

Ocean Health: Projects that innovate : a sample of the projects funded by the European Maritime and Fisheries Fund 2014 – 2019

Source: DG MARE

As the name suggests, the European Maritime and Fisheries Fund does not just support fisheries, but also maritime policy. It is mainly national administrations who decide how to use the amounts they receive to support both fisheries and the blue economy. The European Commission also manages a small percentage of the Fund (4.5%), which goes to innovative projects and sustainable 4 activities and helps coordinate maritime cooperation across borders. Over the years, this “direct funding” has supported many new ideas all over Europe. What follows is a snapshot of some of the most intriguing projects that emerged in recent years thanks to the European Commission’s direct funding.

The document is available here.

 

Accord du Ministre des pêches pour l’organisation de l’atelier national en début de l’année 2020

Lors d’une audience accordée au Responsable du Hub National, le Ministre des Pêches a donné son accord pour organiser l’atelier national sous son haut patronage et y inviter tous les ministres concernés (environnement, hydrocarbures et mines, équipement et transport, etc.). En concertation avec le coordinateur national il a été jugé nécessaire d’organiser l’atelier en février 2020 après l’achèvement du processus d’élaboration de la stratégie des pêches.

L’Economie bleue au service du développement durable en Tunisie

Le Hub national Tunisie a organisé le 14 décembre en partenariat avec l’Association pour le développement durable du gouvernorat de Sfax et l’Association tunisienne des docteurs et doctorants en sciences, un atelier sur l’économie bleue au service du développement durable en Tunisie.

Cet atelier a eu lieu à l’Institut supérieur de Biotechnologie de Sfax et a regroupé 77 participants dont des responsables régionaux, des chercheurs et enseignants, des industriels et des membres des différentes associations de la ville de Sfax.

L’objectif de ce séminaire était de faire connaitre le projet OuestMED et de clarifier les fondements de l’économie bleue et son importance dans le développement durable de la Tunisie en mettant l’accent sur, notamment, la biotechnologie marine dans ce domaine.

Trois communications ont été présentées. La première présenta un diagnostic et les enjeux de l’économie bleue en Tunisie en comparaison avec l’expérience de certains pays. Les deux autres débattirent de la biotechnologie marine en Tunisie, à travers un état des lieux et ses perspectives ainsi que son impact sur le développement durable.

Les débats ont été très riches et ont insisté sur la nécessité de la protection de l’environnement, l’organisation des activités maritime, la nécessité des clusters dans le domaine et l’urgence de planification des espaces marins.

Les participants ont mis l’accent sur l’amélioration de l’accès aux informations maritimes et le besoin de cartographier les fonds marins ainsi que la création de synergies entre les instituts de recherches et les universités d’une part et le secteur industriel d’autre part, particulièrement dans le domaine de la biotechnologie marine.

Les participants ont également insisté sur le rôle de l’Etat en tant qu’incitateur de ces synergies en vue de l’utilisation des résultats de ces recherches dans l’industrie et de la création d’emplois pour les diplômés du supérieur notamment dans les domaines pharmaceutique et cosmétique.

Les travaux ont été terminés à 14h30.

L’agenda et la présentation du séminaire est disponible ici.

Forte implication du hub national dans le processus d’élaboration de la stratégie du secteur des pêches en Mauritanie 2020-2024

Le hub national de la Mauritanie est fortement impliqué dans le processus d’élaboration de la stratégie du secteur des pêches en Mauritanie (2020-2024). En effet, le responsable du hub national a été approché par le Ministre des pêches pour participer au pilotage du processus de l’élaboration de la stratégie du secteur pour la période 2020-2024.

Dans ce cadre, le responsable du hub national a participé activement à l’élaboration de la communication du Ministre des pêches en Conseil des Ministres relative au démarrage du processus d’élaboration de la stratégie des pêches 2020-2024, la note de cadrage du processus et les termes de référence du pool d’experts nationaux chargés de l’élaboration de la stratégie.

Cette fonction témoigne de la confiance accordée par le Ministre aux compétences du hub national et permettra de renforcer sa position stratégique au niveau du Ministère des pêches, ce qui aura des conséquences très positives sur la promotion de l’initiative WestMed et son ancrage institutionnel en Mauritanie.

OuestMED France et l’innovation dans le domaine clé de la protection et la restauration du milieu marin

L’équipe du Hub national France a organisé avec le soutien de la Région Occitanie un atelier national à la Maison régionale de la mer, à Sète le 2 décembre 2019. Cette première rencontre OuestMED France a été ouverte par M. André LUBRANO, Conseiller régional et Président du Centre d’étude pour la promotion des activités lagunaires et maritimes (Cépralmar).

André LUBRANO ouvre le premier atelier national OuestMED France

André LUBRANO ouvre le premier atelier national OuestMED France

Cet événement a permis au hub national de présenter son action  et l’offre de soutien via le mécanisme d’assistance, notamment dans l’identification et le montage de projets issues des conférences des parties prenantes d’Alger en décembre 2018 et de Palerme en mai 2019, tout en tirant profit des opportunités de financement notamment européennes. L’équipe a également présenté les nouvelles opportunités de financement ouvertes en 2020 pouvant soutenir l’initiative.

Colin Ruel et Frédérick Herpers présentent l'initiative OuestMED

Colin Ruel et Frédérick Herpers présentent l’initiative OuestMED

Plusieurs porteurs de projets et d’initiatives méditerranéennes ont ensuite pris la parole pour  illustrer, de manière très concrète et opérationnelle, l’apport de l’innovation en matière de protection de l’environnement répondant ainsi localement aux objectifs de l’Initiative OuestMED.

Pierre-Yves Hardy du WWF est venu présenter Pharos4MPAs, dont l’objectif est l’amélioration de l’efficacité de la gestion et l’harmonisation des pratiques du réseau des AMP méditerranéennes. Patricia Ricard, de l’Institut Paul Ricard, a ensuite exposé un projet d’Aquaculture multitrophique intégrée. Thierry Laugier est revenu sur Holosud, un projet de création d’une écloserie/nurserie d’holothurie et de test de l’élevage sous les tables ostréicoles, dont l’IFREMER est partie prenante. Sylvain Blouet a présenté le projet Récif’lab dont l’objectif est la restauration écologique des infrastructures fonctionnelles du littoral agathois et de sa biodiversité. Gilles Lecaillon d’Ecoean a décrypté les initiatives de repeuplement marin BioRestore® et de nurseries artificielles BioHut®. Enfin, Sébastien Thorin de Creocean a clôturé ces présentations avec un Guide pour la réduction des impacts environnementaux dans le cadre des projets d’aménagement en mer.

En présence des coordinateurs nationaux de l’initiative (le Secrétariat général de la Mer et le Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères), cette rencontre a été également l’occasion d’échanger sur les opportunités de coopération nationales et en Méditerranée occidentale, ainsi que sur les enjeux de la thématique et les challenges du montage de projet.

L’après-midi a été consacrée à la visite de la station d’Ifremer à Palavas les Flots, impliquée dans l’effort de recherche et de développement en pisciculture marine, en partenariat avec de nombreuses structures nationales et européennes. Les principales thématiques de recherche concernent la génétique, la physiologie de la reproduction, l’immuno-pathologie et la technologie des systèmes d’élevage utilisant la recirculation de l’eau. Les objectifs sont le bien être du poisson, la sécurité du consommateur et le respect de l’environnement.

Une assistance de qualité pour ce premier atelier national OuestMED

Une assistance de qualité pour ce premier atelier national OuestMED

 

Les présentations sont disponibles ici et aux liens ci-dessous:

 

Un effort de promotion à l’échelle nationale de l’initiative WestMed en continuation

Le hub national a pris part à tous les évènements organisés au niveau national relatifs à la promotion de l’économie bleue. Il a été impliqué dans l’évaluation de la stratégie des pêches 2015-2019 et l’élaboration d’un programme de développement de la pêche continentale et de la pisciculture, dans le cadre de l’initiative de la FAO sur la croissance bleue. Il est également impliqué dans l’évaluation en cours du plan d’aménagement et de gestion du Parc National du Banc d’Arguin et l’élaboration du PAG 2020-2024.

Sustainability of marine resources and preservation of biodiversity: Morocco on the path to a Blue Economy

This article was first published on MSP Global 2030 website.

A boat on a beach

Thirty Moroccan representatives gathered in Rabat (Morocco) on 27-28 November 2019 for the first MSPglobal national training course in the country, where they gained new knowledge, shared experience and considered next steps for Marine Spatial Planning (MSP) and the Sustainable Blue Economy.

This first inter-institutional meeting allowed stakeholders ranging from government agencies, law enforcement, academia and research to sit around the table to discuss coordination and process for MSP and the Sustainable Blue Economy.

Important questions were raised, such as the main drivers of implementation of MSP in the country, the expected social, economic and ecological benefits, as well as the obstacles/constraints for a correct MSP implementation: data, mapping and institutional coordination on national and international legislation.

Nevertheless, while MSP in Morocco is still at an early stage, the potentials and advantages of applying it are evident and were broadly recognized by the participants.

“MSP is a formidable regulatory tool that will help us to develop a blue economy through the optimal use of marine and coastal areas – by limiting conflicts of use, regulating new space requirements, while preserving ecosystems,” explained Laila Bensmail from the Department of Maritime Fisheries. “Our biggest problem is urgency. Maritime activities are increasing and there is an urgent need to implement MSP at national and regional level.”

With the support of the Government of the Kingdom of the Netherlands, the MSP Challenge game was used to simulate a planning process between three fictitious countries, during which participants were asked to define the vision, objectives, indicators, actions and stakeholders for short and long-term.

It helped to highlight issues that occur in real life during the planning process and triggered some deep discussions among participants. This training gave them more incentive to work collaboratively to develop their plans.

“These two days of training were very constructive. We have learned a lot about MSP and also put forward recommendations that can be applied in the national maritime space,” said Aomar Bourhim, Moroccan WestMED Coordinator and MSPglobal Focal Point in Morocco.

These included the establishment of marine protected areas to preserve living resources and habitats in the marine environment; more investment in renewable energy; the implementation of incentives for innovative projects linked to the blue economy and respectful of the environment; the creation of an interdisciplinary governance structure dedicated to MSP for the good governance of maritime activities and uses at sea; and awareness-raising campaigns on MSP among the private sector and the general public.

The course was co-organized with the Ministry of Agriculture, Fisheries, Rural Development, Water and Forests. It will contribute to the development of a regional roadmap for transboundary MSP and Sustainable Blue Economy in the West Mediterranean, in line with the WestMED Initiative.

 

The documents and the original article are available at: http://www.mspglobal2030.org/sustainability-of-marine-resources-and-preservation-of-biodiversity-morocco-on-the-path-to-a-blue-economy/

More information on MSP Global 2030 at http://www.mspglobal2030.org/.