Posts

mapped world image

Take part in the Seabed 2030 survey – closes end of April 2021

Source: NLA International on behalf of Seabed 2030

Last year NLA International Ltd working on behalf of Seabed 2030, launched an online survey to find out more about the status and potential of mapping the ocean floor. The survey collected views from across all interested sectors to help us better understand issues such as:

  • Why stakeholders feel it is important to map the seabed.
  • How interested parties are estimating the environmental, social and economic value of seabed mapping.
  • Where are the most urgent priorities for seabed mapping.

All of this will help us to corroborate – or challenge – existing thinking, and hopefully identify any areas of the seabed that may benefit from a more joined-up / collaborative approach.

We have been really delighted with the responses thus far – we have received nearly 470 detailed responses to date – and are currently hard at work analysing the initial findings.

However, it is not too late to have your say! We will be keeping the survey open until the end of April, and we would be very grateful if you could contribute your views.

To access the survey, please click here.

More information

Read the article: Marine Geospatial Data: the Cornerstone of the Blue Eonomy

Read more about the seabed 2030 Initiuative:  100% of Ocean Floor mapped by 2030

screenshot factsheet renewed partnership

A new agenda for the Mediterranean: the Council approves conclusions on a renewed partnership with the Southern Neighbourhood

Press release:  Council of the EU

The Council approved conclusions affirming the EU’s determination to renew and strengthen its strategic partnership with its Southern Neighbourhood. The objective is to address common challenges, take advantage of shared opportunities and unlock the region’s economic potential for the benefit of its people.

Spurring sustainable long-term socio-economic recovery and job creation in the Southern Neighbourhood is a key shared priority and the innovative cornerstone of the new Agenda for the Mediterranean. Working together, the EU and its Southern Neighbourhood partners can turn climate and environmental challenges, and digital transformation, into major opportunities for sustainable development, contributing to a just and inclusive green transition. The EU will use all its available instruments, including the NDICI-Global Europe and the European Fund for Sustainable Development plus (EFSD+), and engage with financial institutions to achieve this objective, paying particular attention to the human dimension and opportunities for young people.

Good governance, the promotion and protection of human rights and fundamental freedoms, democratic institutions and the rule of law are also considered to be essential for long-term stability, security and sustainable development in the region. The EU will step up its engagement on these issues, and renew its efforts on conflict prevention and resolution, as well as on cooperation on security, migration and the preparedness and response capacities of healthcare systems.

The EU intends to strengthen the political dialogue across the Mediterranean by setting up annual meetings of EU member states’ and Southern Neighbourhood partners’ foreign ministers to review progress in the implementation of the new Agenda for the Mediterranean.

Read more on the EU Councils press release webpage

Report: The future of Mediterranean tourism in a (post) covid world

Mediterranean tourism is now at a crossroad. Severely impacted by travel restrictions due to the COVID19, its future is now decided and faces a fundamental question: back to Mass Tourism or leapfrog towards Sustainability?

Download the report that has been prepared by the Eco-Union. This can also be found on a dedicated page of Eco-Union’s website.

fisherman casting net

Call for Grants for small-scale fishers in the Mediterranean

Deadline: 15 May 2021
Budget: 5.000-20.000 euro
Countries: ES, FR, IT

Themes:

  • Fisheries

Funding is available from the European Maritime and Fisheries Fund (EMFF) to advance Mediterranean small-scale fisheries towards sustainability

The Grants are a way for WWF to support small-scale fisheries on their path towards sustainability by accelerating the use of funding available from the European Maritime and Fisheries Fund (EMFF). Grants are reserved for fishers committed to submitting a Request for Funds to the National Authorities that manage the EMFF.

The WWF CALL FOR GRANTS pursues the following objectives:
• To provide Mediterranean small-scale fishers with the necessary co-financing and technical assistance to apply to EMFF for implementing actions towards a more sustainable fishing;
• To improve small-scale fishers’ capacity to apply to the EMFF;
• To increase small scale fishers’ interest in the EMFF and to accelerate the use of available funds to accelerate the transition towards a more sustainable fishing;
• To accelerate the implementation of the Regional Plan of Action on Small-Scale Fisheries (RPOA-SSF) of the General Fisheries Commission for the Mediterranean
(GFCM).

All information and document library available here

Lanzamiento convocatoria Proyecto Blue Crowdfunding

En el marco del proyecto Blue Crowdfunding – “Capacity Building of BLUE Economy Stakeholders to Effectively use CROWDFUNDING”, aprobado en el marco del programa europeo Interreg MED, la Cámara de Comercio de Sevilla lanza la presente convocatoria con el objetivo de impulsar iniciativas económicas relacionadas con el sector de la economía azul en nuestra región a través del crowdfunding. La convocatoria está dirigida a Pymes, Startups, emprendedores y profesionales del sector de la economía azul.

La Cámara de Sevilla seleccionará de 3 a 6 iniciativas conforme a los criterios de selección establecidos en la convocatoria. Las propuestas seleccionadas serán tutorizadas para poner en marcha su campaña de crowdfunding a través de la plataforma de Goteo, tendrán acceso a una serie de recursos en términos de formación en crowdfunding y comunicación de campañas, tutorías y asesorías personalizadas durante toda la fase de ideación, lanzamiento y seguimiento de las campañas.

Convocatoria : https://www.goteo.org/channel/bluecrowd/faq/terms

https://camaradesevilla.com/programas/internacionalizacion/blue-crowdfunding/

algae

EMFF Call | Algae and Climate | Deadline 31 May 2021

Deadline: 31 May 2021
Budget: 250.000 euro
Countries: ES, FR, IT, MT, PT
Participation in this call is also open to all natural and legal persons established in a third country, which has a special agreement with the European Union in the field of public procurement on the conditions laid down in that agreement
Themes:

  • Fisheries/ Aquaculture
  • Maritime pollution and circular economy

EASME is launching this call for tenders in order to conclude a service contract for a study aimed to investigate the use of algae cultivation and its potential contribution to the EU’s climate objectives.

EASME wishes to enter into a service contract to assess the potential of algae to contribute to the EU’s climate, food and biodiversity strategies under the 2019 EU Green Deal proposal resetting the Commission’s commitment to achieving zero emissions of greenhouse gases in 2050 with economic growth decoupled from resource use.

The purpose of this service is to provide the Directorate General for Maritime Affairs and Fisheries with a basic background knowledge and up-to-date information that can increase the evidence base for the contribution of the Blue Economy to the EU’s Green Deal. The focus should be put on the costs, impact and benefits of scaling up production of marine algae through aquaculture in the EU.

The services to be delivered will cover all EU Member States, including their Outermost Regions.

All information and document library available here

logo van.allen foundation

Call for ideas | Detection and Tracking Marine Pollution and Litter

Deadline: 30 April 2021
Budget: N/A
Countries: All
Themes: Maritime pollution and circular economy

The van Allen Foundation launched a new Call for innovative ideas for the detection and monitoring of marine litter in the western Mediterranean

The van Allen Foundation, a partnership foundation of the University of Montpellier, and IEEE (Institute of Electrical and Electronics Engineers) Geoscience and Remote Sensing Society, invite public and private organizations to propose ideas and suggestions aimed at addressing the issue of detection and tracking marine pollution and litter in the western part of the Mediterranean Sea.

Although the emphasis is on the contribution of space techniques, the call for ideas is thus open to studies of numerical simulation, physics of measurement, measurements in the laboratory or at sea, and the application of artificial intelligence for the recognition of polluted pixels, or the carrying of sensors of opportunity, etc.

The Call for ideas is addressed to scientists and engineers, as well as to students, working in public or private laboratories or entities in France and worldwide.

Applications must reach the Van Allen Foundation Secretariat before April 30, 2021.

Postal address: Bât. 5-IES, 860 rue St Priest, CC 06 002, 34095 Montpellier cedex 5, France.

Email: fondationvanallen@umontpellier.fr

All details at can be found in this pdf

2020 WestMED National Event Spain

Versión en español

On September 23, 2020, the event ‘Opportunities for the Blue Economy in the Western Mediterranean’ was held virtually, the first national event that the WestMED Initiative Assistance Mechanism has organized in Spain through its executing arm in the country (Spanish National Hub- Dra. Marta Pascual) and in collaboration with the Spanish Maritime Cluster (CME) and the Ministry of Foreign Affairs, European Union and Cooperation and the Ministry of Agriculture, Fisheries and Food as national coordinators of the WestMED Initiative.

The event served as a meeting point for agents of the Spanish blue economy, in order to inform them about financing and cooperation opportunities in the field of the blue economy from the perspective of the WestMED Initiative, highlighting 3 European projects as examples of sustainability, innovation and good practices and deepening into the discussion on new funding opportunities for projects in the blue economy for the post-2020 period (2021-2027).

The event was structured in 4 sections, which are included in the Final Event Agenda (Agenda):

1) An introductory part with a video presentation by the Honorary President of the Spanish Maritime Cluster (Mr. Federico Esteve Jaquotot) and a brief introduction by the national coordinators of the WestMED Initiative (Mr. Jaime del Olmo, Mrs. Lara Ventas and Mr. José María Solano).

2) A second part where the Spanish National Hub of the WestMED Initiative (Mrs. Marta Pascual) presented the Initiative, the Assistance Mechanism and the opportunities and services offered to Spanish agents in the area of the blue economy.

3) A third part where 3 projects presented their progress and achievements: MISTRAL Project – Mr. Javier I. Noriega – CMMA; H2PORT Project – Mr. Josep Sanz-Argent – Valencia Port Foundation; MEDUSA Project – Mr. Albert Rodríguez de Gea – CambraBCN.

4) A fourth part where two experts in the blue economy (Mr. Thanos Smanis and Ms. María del Cármen Hernández Martín) answered questions about financing opportunities, cooperation programs and current efforts to define post-2020 opportunities (financing period 2021 -2027).

Participation Analysis:

A total of 172 people registered for the event (168 from Spain + 4 Internationals from Belgium) of which a total of 104 finally connected to the event and around 90 people actively participated during the entire event.

Among the participants we find representation between the autonomous communities of the Western Mediterranean and the maritime sectors present in the different communities.

 

 

 

 

 

Note: “Others = geology, clusters, communication, territorial cooperation, consulting, mining, maritime salvage, railway sector, investors and maritime safety”.

In total, the event brought together a total of 112 organizations / institutions / agencies from Spain as well as two international organizations (EASME and the Junta de Andalucía Delegation in Brussels). The final list of organizations represented at the event can be downloaded through the following link.

During the last part of the event, the participants had the opportunity to send questions to the speakers.

The WestMED Initiative and the WestMED Assistance Mechanism would like to thank all the agents for their participation, the speakers for their interventions, and especially EASME and DG MARE for piloting the Initiative.


Press Coverage
Canary Ports
Spanish Ports
Profesionaleshoy

Presentations
Click for all presentations

Participants
Click for an overview

Recording
Watch the recording on WestMED’s YouTube channel

Contact
Contact the National Hub Spain for more information

 

 

Déclaration à l’issue du 7è Sommet des Pays du Sud de l’Union européenne

L’Initiative OuestMED a été mentionné dans la déclaration à l’issue du septième Sommet des Pays du Sud de l’Union européenne, le 10 septembre 2020. Le texte intégral a été publié sur le site de la Présidence de la République française et est disponible ci-dessous.

10 SEPTEMBRE 2020 – DÉCLARATION

1 – Nous, chefs d’État et de gouvernement de Chypre, de l’Espagne, de la France, de la Grèce, de l’Italie,
de Malte et du Portugal, nous sommes réunis le 10 septembre à Ajaccio pour le septième Sommet des
pays du sud de l’Union européenne (Med7).

2 – Face à la crise sans précédent provoquée par la pandémie de COVID-19 qui a profondément affecté
les populations et les économies de nos pays, à la multiplication des crises régionales et à la montée
des tensions en Méditerranée, il est pour nous plus que jamais essentiel de construire une Europe unie
et solidaire, capable de relever l’ensemble des défis auxquels elle est confrontée et de défendre avec
force et détermination les intérêts, la souveraineté et les droits souverains de l’Union européenne et de
ses États membres.

Pour une politique méditerranéenne renouvelée

3 – Nous soulignons l’importance stratégique qu’a pour l’Europe le voisinage méridional. Vingt-cinq ans après le lancement du processus de Barcelone et plus de dix ans après la fondation de l’Union pour la Méditerranée, nous proposons de donner une nouvelle impulsion à la politique européenne globale en Méditerranée, dans l’objectif de renforcer la capacité de l’UE et de ses États membres à répondre collectivement aux différentes difficultés de la région. Dans cette perspective, et compte tenu des travaux en cours au sein des institutions européennes, nous proposons de renouveler le partenariat méridional entre l’Union européenne, ses États membres et nos voisins du Sud. Nous attendons avec intérêt la tenue du Forum régional de l’Union pour la Méditerranée le 27 novembre, qui marquera le vingt-cinquième anniversaire de la Déclaration de Barcelone ; avant cette échéance, une réunion UE-voisinage méridional organisée en Espagne posera les fondements de cette politique méditerranéenne renouvelée.

4 – L’objectif de ce partenariat méridional renouvelé doit être de consolider encore la relation euro-méditerranéenne, notamment en renforçant l’Union pour la Méditerranée ainsi que le Dialogue 5+5 et en promouvant les avancées obtenues par le Sommet des deux rives de la Méditerranée occidentale. Le partenariat doit s’appuyer sur un programme d’action politique positif, axé sur le développement de coopérations concrètes sur des problématiques d’intérêt commun définies conjointement avec nos partenaires du Sud : réformes, gouvernance démocratique, résilience de la société civile, climat et environnement, transition écologique, commerce et investissements, énergie, culture et protection du patrimoine, migration et mobilité, autonomisation des jeunes et programme numérique. Puisque l’insécurité dans la zone du Sahel et du Sahara influe directement sur la situation de sécurité en Méditerranée, il conviendra d’accorder une attention particulière à cette région, surtout en matière de lutte contre le terrorisme, la traite des êtres humains et le trafic illicite de migrants, qui contribuent aux migrations irrégulières.

5 – Ce partenariat renouvelé doit également nous permettre de trouver des solutions créatives et constructives pour gérer les biens communs euro-méditerranéens et traiter les problématiques d’intérêt commun, notamment l’accès aux ressources naturelles et la gestion durable de celles-ci. Des engagements communs en matière de protection de la biodiversité en Méditerranée pourraient ainsi être pris à l’occasion du Sommet One Planet de Marseille en janvier 2021 et de la conférence ministérielle de l’Union pour la Méditerranée sur l’économie bleue durable, qui aura lieu plus tard la même année. Dans le cadre de la promotion de l’économie bleue dans le bassin méditerranéen, nous demeurons déterminés à renforcer l’utilisation des services Copernicus, en travaillant également avec nos partenaires du Sud, pour la surveillance et la gestion des zones côtières. L’initiative pour le développement durable de l’économie bleue en Méditerranée occidentale (initiative OuestMED) pourrait fournir un exemple de coopération Nord-Sud équilibrée présentant un intérêt pour l’ensemble du bassin. Il conviendrait également d’intensifier les efforts mis en œuvre afin d’atteindre des résultats ambitieux lors de la COP26 de la CCNUCC et des événements associés organisés en Italie, notamment la conférence « Youth4Climate » de Milan qui permettra aux jeunes de contribuer concrètement à l’action climatique. De même, la réunion des chefs d’État et de gouvernement qui se tiendra en Grèce le moment venu et portera sur la protection du patrimoine culturel et naturel contre les effets du changement climatique offrira une occasion supplémentaire de coopérer étroitement. Le Forum Génération Égalité, qui se déroulera en France au cours du premier semestre de 2021, sera également l’occasion d’impliquer les sociétés civiles des deux rives afin d’accroître l’ambition commune en matière d’égalité entre les femmes et les hommes.

Paix et stabilité en Méditerranée

6 – Nous réitérons notre plein soutien et notre entière solidarité avec Chypre et la Grèce face aux atteintes répétées à leur souveraineté et à leurs droits souverains ainsi qu’aux mesures agressives prises par la Turquie. Nous appelons l’ensemble des pays de la région à respecter le droit international, notamment le droit international de la mer, et nous encourageons toutes les parties prenantes à régler leurs différends par le dialogue et la négociation. À cet égard, nous saluons les efforts de médiation du haut représentant et vice-président et de l’Allemagne visant à permettre une reprise du dialogue entre la Grèce et la Turquie sur la question de la zone maritime. En outre, nous accueillons favorablement l’invitation du Gouvernement de Chypre à négocier avec la Turquie, en relevant que la délimitation des zones économiques exclusives et du plateau continental devrait être traitée par le dialogue et la négociation de bonne foi, dans le plein respect du droit international et en accord avec le principe des bonnes relations de voisinage. Dans le prolongement des conclusions récentes du Conseil européen et du Conseil de l’UE, nous regrettons que la Turquie n’ait pas répondu aux appels répétés de l’Union européenne à mettre fin à ses activités unilatérales et illégales en Méditerranée orientale et dans la mer Égée. Nous réaffirmons notre détermination à utiliser tous les moyens adéquats dont dispose l’Union européenne pour répondre à ces actions agressives. À la suite de la dernière réunion informelle des ministres des Affaires étrangères de l’UE (gymnich), nous convenons d’accélérer les travaux concernant les inscriptions supplémentaires sur la liste des sanctions à partir des propositions déjà sur la table, en vue de leur adoption rapide. Nous soutenons que si la Turquie ne progresse pas sur la voie du dialogue et ne met pas un terme à ses activités unilatérales, l’UE est prête à élaborer une liste de mesures restrictives supplémentaires qui pourraient être évoquées lors du Conseil européen des 24 et 25 septembre 2020.

7 – La situation imprévisible en Libye représente une menace pour la stabilité du pays et de l’ensemble de la région, y compris de l’Union européenne, et contribue à l’aggravation de la menace terroriste, de la traite des êtres humains et du trafic illicite de migrants. Nous rappelons la nécessité pour l’UE de faire tout son possible pour contribuer aux efforts de stabilisation de la Libye. Il est essentiel de renforcer les capacités des autorités libyennes pour leur permettre de contrôler les frontières terrestres et maritimes et de lutter contre les activités de transit et de trafic illicite. Nous accueillons avec satisfaction les annonces faites le 21 août dernier par les présidents du Conseil présidentiel et de la Chambre des représentants de l’État libyen, qui ont posé les fondements d’une solution commune à l’impasse actuelle. Il s’agit d’une avancée positive dans la bonne direction et il convient de continuer sur cette voie. Il n’existe aucune solution militaire à la crise. Nous engageons vivement toutes les parties à convenir d’un cessez-le-feu et à s’engager à nouveau en faveur du dialogue politique facilité par les Nations Unies et des paramètres agréés lors de la conférence de Berlin. Nous appelons également à reprendre immédiatement la production de pétrole dans l’ensemble du pays et à travailler en parallèle à la création de mécanismes visant à garantir une répartition équitable et transparente des recettes pétrolières. Nous réaffirmons notre opposition à toutes les ingérences étrangères dans ce conflit, d’où qu’elles proviennent, et nous restons déterminés à faire respecter, notamment au moyen de l’opération Irini, l’embargo sur les armes imposé par les Nations Unies dont les violations ont exacerbé l’escalade militaire actuelle en Libye. Nous restons également prêts à adopter des sanctions à l’encontre des acteurs impliqués dans la violation de l’embargo et des droits de l’Homme, ainsi que de ceux qui s’opposent au processus politique.

8 – L’explosion du 4 août à Beyrouth, qui a frappé la ville en son cœur, a été un choc pour le peuple libanais ainsi que pour tous les amis et les partenaires du Liban, au premier rang desquels l’Union européenne. Cette tragédie a frappé un pays déjà affaibli par la crise politique et économique très profonde qu’il traverse depuis plusieurs mois et qui ne cesse de s’aggraver. En ces temps difficiles, nous nous tenons aux côtés du peuple libanais et nous continuerons à faire tout ce qui est en notre pouvoir pour répondre aux besoins les plus pressants du pays et l’accompagner sur la voie de l’ajustement économique. Nous rappelons que la priorité doit aller à la formation rapide d’un gouvernement qui soit en mesure de mettre en œuvre les réformes que les Libanais attendent depuis trop longtemps.

9 – En Syrie, la situation continue de se détériorer et le pays s’enfonce dans un cycle d’instabilité durable. Par l’assistance que nous déployons en faveur du peuple syrien et des réfugiés syriens, par notre action déterminée contre le terrorisme au sein de la Coalition internationale de lutte contre Daech, nous cherchons à atténuer les effets de cette tragédie. Notre objectif demeure celui d’une relance du processus politique et de la mise en place des conditions d’un retour volontaire, sûr et digne des réfugiés. La recherche d’une solution politique négociée sous l’égide des Nations Unies est la seule issue possible à la crise syrienne. Dans cet esprit, et alors que le régime syrien poursuit son obstruction à tout changement politique, nous continuerons de subordonner le financement de la reconstruction de la Syrie et la normalisation des relations avec Damas à la mise en œuvre d’une solution politique crédible et durable.

10 – À Chypre, reconnaissant que le statu quo ne constitue pas une option satisfaisante pour le pays, nous soutenons pleinement la volonté affichée par le secrétaire général des Nations Unies de poursuivre ses efforts visant la reprise des négociations là où elles s’étaient arrêtées lors de la conférence de Crans Montana en 2017, afin de trouver une solution viable et globale au problème de Chypre sur la base d’une fédération bicommunale et bizonale avec l’égalité politique, comme le prévoient les résolutions pertinentes du Conseil de sécurité des Nations Unies et conformément à l’acquis, aux valeurs et aux principes de l’UE. Nous exhortons toutes les parties à s’engager en faveur d’une solution de ce type et à y participer, y compris en ce qui concerne ses aspects extérieurs.

11 – S’agissant du processus de paix au Proche-Orient, seule une solution négociée en vue de l’établissement de deux États vivant en paix et en sécurité à l’intérieur de frontières sûres et reconnues, et fondée sur les paramètres agréés ainsi que sur le droit international, est à même de conduire à une paix juste et durable dans la région. Nous nous félicitons de l’annonce, intervenue le 14 août dernier, de la normalisation des relations entre Israël et les Émirats arabes unis. L’engagement pris par Israël de suspendre l’annexion de territoires palestiniens est une mesure positive, qui doit devenir définitive. Comme rappelé à plusieurs reprises par l’Union européenne, toute annexion quelle qu’elle soit constituerait une grave violation du droit international. Toute mesure unilatérale susceptible de compromettre la solution des deux États et la perspective de la reprise des négociations doit être évitée.

Programme d’action européen

12 – Nous nous félicitons de l’accord obtenu à Bruxelles le 21 juillet dernier sur le programme appelé « Next Generation EU » qui sera l’instrument d’une relance européenne coordonnée en réponse à la crise de la COVID-19. Cet accord, inimaginable il y a encore quelques mois, constitue un développement inédit et novateur parmi les plus importants depuis la création de la zone euro. Il s’agit d’un signal fort, celui d’une Europe solidaire et tournée vers l’avenir qui soutient les priorités numérique, environnementale et climatique. Cet accord est également une nouvelle étape en vue d’une plus grande convergence économique et sociale entre les États membres et entre les régions, et ainsi d’une plus grande stabilité économique sur le continent. Dans ce contexte, nous soutenons l’importance de la dimension sociale de la relance de l’Europe et nous réaffirmons notre attachement à la mise en œuvre du socle européen des droits sociaux.

13 – Il importe désormais de mettre pleinement en œuvre cet accord, en adoptant rapidement les textes permettant son opérationnalisation au 1er janvier 2021. Il nous faut aussi œuvrer à la réforme effective du système des ressources propres, en tenant compte des propositions que présentera la Commission au premier semestre 2021 concernant un mécanisme d’ajustement carbone aux frontières et une taxe européenne sur le numérique, dont l’instauration est prévue au plus tard au 1er janvier 2023.

14 – L’accord sur le cadre financier pluriannuel et le plan de relance permettra d’accompagner l’Union européenne et ses territoires dans leur transition vers la neutralité carbone. Nous sommes déterminés à adopter dès que possible, et au plus tard avant la fin de l’année, notre nouvel objectif de réduction des émissions d’ici 2030, qui devra refléter le plus haut degré d’ambition possible. Nous nous engageons à renforcer nos efforts de diplomatie climatique d’ici la COP26 afin d’obtenir des engagements revus à la hausse des principaux émetteurs mondiaux. Nous nous engageons également à progresser dans le processus visant éventuellement à désigner le bassin méditerranéen dans son ensemble comme une zone de contrôle des émissions de SOx conformément aux décisions de la 21e Conférence des Parties à la Convention de Barcelone qui s’est tenue à Naples en décembre 2019.

15 – La coopération dans la Méditerranée et l’Atlantique est importante pour mener à bien l’Union énergétique et pour parvenir à un marché européen de l’énergie totalement intégré et interconnecté, ainsi que pour mettre fin à l’isolation de certains États membres et de certaines îles à l’égard des réseaux européens de gaz et d’électricité. La future stratégie de la Commission pour développer les énergies renouvelables en mer doit prévoir une coopération pour promouvoir toutes les sources d’énergies renouvelables et propres, avec une évaluation approfondie de leur potentiel, ainsi que des instruments pour soutenir toutes les énergies marines tels que le financement de projets de démonstration à l’échelle industrielle.

16 – Le nouveau Pacte européen sur la migration et l’asile qui sera présenté prochainement par la Commission, devra être fondé sur les principes de responsabilité et de solidarité. Il devra permettre à l’Union de faire face aussi bien aux situations exceptionnelles aux frontières extérieures qu’aux flux structurels et de traiter les questions préoccupantes pour tous les États membres, qu’ils soient en première ligne ou concernés par des mouvements secondaires. Ce système de responsabilité partagée serait déterminant dans la mise en place d’un régime véritablement européen de gestion des retours. Cette occasion unique de dépasser les divergences entre États membres devra être mise à profit pour refonder un régime d’asile européen commun efficace et juste et pour renforcer la coopération avec les pays tiers d’origine et de transit. Ce sera aussi l’occasion d’améliorer le fonctionnement de l’espace Schengen. Un soutien concret aux pays tiers, en particulier aux pays d’Afrique du Nord, doit être assuré pour permettre une capacité opérationnelle suffisante de gestion des flux migratoires. En outre, le nouveau Pacte européen sur la migration et l’asile devra prévoir un mécanisme de solidarité, notamment pour ceux sauvés dans le cadre des opérations de recherche et de sauvetage. Ensemble, nous continuons de chercher des solutions permanentes et prévisibles.

17 – Dans le cadre des négociations sur l’avenir du partenariat avec le Royaume-Uni, notre ambition reste de parvenir, avant la fin de la période de transition, à un accord complet, juste et équilibré qui prenne en compte le statut de pays tiers du Royaume-Uni et garantisse un équilibre des droits et des obligations. Conformément aux instructions de négociation approuvées par le Conseil, les pays du Med7 seront particulièrement attentifs à ce que le futur partenariat garantisse la stabilité des accès aux ressources en matière de pêche et l’égalité des conditions de concurrence. Pour aboutir à un accord, il est indispensable que le Royaume-Uni prenne des engagements réels en la matière. Par ailleurs, nous demeurerons vigilants quant à la mise en œuvre effective de l’accord de retrait et de ses trois protocoles. En parallèle, nous restons prêts à faire face aux changements inévitables qui interviendront à la fin de la période de transition, en prenant en compte tous les scénarios, y compris en cas d’absence d’accord sur le futur partenariat.

18 – Dans le même esprit que la déclaration Schuman, adoptée il y a 70 ans, relever ces défis historiques nécessitera plus de souveraineté européenne, de résultats concrets et de solidarité réelle grâce à la coordination et à l’action. Si nous voulons y parvenir, les citoyens européens doivent être étroitement associés à cette réflexion. C’est pourquoi nous soutenons le travail en cours sur la Conférence sur l’avenir de l’Europe. Nous nous réjouissons de l’adoption du mandat de négociation au Conseil, et nous espérons désormais que nous parviendrons rapidement à un accord interinstitutionnel afin de pouvoir lancer officiellement la Conférence dès que possible.

19 – Nous convenons de tenir le prochain sommet en Grèce.

 

 

 

Los actores murcianos de la Economia azul se encuentran con WestMED en Cartagena

El pasado 30 de Enero de 2020, se celebró en Cartagena el evento ‘Oportunidades de la Economía Azul en la Región de Murcia’, cuarto roadshow que el Mecanismo de Asistencia de la Iniciativa WestMED ha organizado en España a través de su brazo ejecutor en el país y en colaboración con GALPEMUR, el Ayuntamiento de Cartagena y la Consejería de Agua, Agricultura, Ganadería, Pesca y Medio Ambiente del Gobierno de la Región de Murcia.

Durante la última parte del evento, los representantes de cada entidad mantuvieron un interesante intercambio de ideas basado en las siguientes preguntas:

  • Experiencias de su institución/organismo/empresa en Economía Azul en el pasado y presente.
  • Experiencias que se desean elaborar/abordar/impulsar desde su institución/organismo/empresa para un futuro.
  • Necesidades de asistencia (financiación, búsqueda de socios, etc.) de su institución/organismo/empresa en temas deseados alrededor de la Economía Azul.

Este documento recoge las principales ideas de proyectos o líneas de trabajo de los asistentes al evento. La imagen siguiente recoge el mapeado de agentes presentes en el evento:

 

Si observamos el mapeado de los agentes que asistieron al evento de acuerdo con sus áreas de experiencia y trabajo en el pasado/presente, observamos que el evento consiguió cubrir todos los sectores de la Economía Azul importantes en la Región de Murcia a excepción de las Autoridades Portuarias, la náutica de recreación, las marinas, el sector tecnológico de las energías y el sector de la seguridad marítima. También se pudo determinar a qué se dedicaban dichos agentes, sus experiencias previas en dichos sectores marinos y sus necesidades de asistencia para un futuro.

Entre los asistentes pudimos observar dos tipologías de agentes: (i) aquellos con experiencias previas en proyectos europeos y/o nacionales (Horizonte 2020, Interreg, ENI, LIFE, Fundación Biodiversidad, COSME, ERASMUS, etc.) y (ii) aquellos sin experiencia en proyectos europeos, pero con interés en participar como socios en futuras oportunidades de financiación sobre la Economía Azul en el ámbito del Mediterráneo Occidental.

Por supuesto, las necesidades de asistencia (financiación, búsqueda de socios, etc.) de ambas tipologías de agentes son distintas, necesitándose una mayor asistencia en búsqueda de socios y diversificación de sus actividades por parte de los agentes con mayor experiencia en proyectos europeos, y una asistencia de orientación en oportunidades de financiación a las que pudiesen ajustarse sus ideas por parte de aquellos agentes con una menor experiencia en proyectos europeos.

Durante la intervención de los agentes pudo destacarse el importante bagaje y experiencia de los agentes de la Región de Murcia en proyectos europeos, tanto como líderes y coordinadores de propuestas como socios o “partners” en consorcios Mediterráneos. Cabe destacar entre ellos proyectos INTERREG, como LIFE y/o ENI CBC MED en materia de mejora medioambiental, conservación del medio litoral y marino y adaptación de las zonas costeras al cambio climático. Los asistentes también destacaros algunos retos que existen actualmente para el desarrollo de la Economía Azul en la Región de Murcia como son la necesidad de obtener financiación a largo plazo, esfuerzos para mantener la participación ciudadana en procesos de desarrollo local, necesidades de compartir recursos de investigación entre agentes y otros varios que deberían de plantearse a nivel de administración y sector privado de cara a avanzar en materias de conservación del medioambiente, sostenibilidad y desarrollo local participativo.

Toda la información recogida durante el evento sirvió para obtener un mapeo mental de los agentes, sus intereses, experiencias y necesidades el cual puede accederse mediante el siguiente enlace (ver Mind Map).

Desde el Mecanismo de Asistencia de la Iniciativa WestMed queremos a su vez agradecer a todos los asistentes su participación en el evento así como a GALPEMUR, el Ayuntamiento de Cartagena y la Consejería de Agua, Agricultura, Ganadería, Pesca y Medio Ambiente del Gobierno de la Región de Murcia por su colaboración en el mismo.